Le couple après l'arrivée de bébé

L’installation en couple, le mariage et la naissance du premier enfant sont des moments critiques dans la vie de couple. Mais, devenir parent pour la première fois est souvent une épreuve inattendue pour les jeunes couples désireux de fonder une nouvelle famille qui sera la leur. En d’autres termes, c’est une étape décisive qui peut surprendre car bien différentes des représentations sociales idéalisées.

Avant l’arrivée d’un enfant, le couple est centré sur un fonctionnement à deux. Mais lorsque l’enfant paraît, le couple soudain se dédouble. La relation, qui n’était jusqu’alors que maritale ou conjugale, devient co-parentale. L’autre n’est plus seulement un partenaire affectif, sexuel, intellectuel, mais il est aussi un parent. Vont se jouer la viabilité du lien parental, l’aménagement nécessaire du conjugal en parental. Il s’agit d’un changement magistral, tant sur le plan symbolique que pratique. D’abord, le couple a soudain beaucoup moins de temps pour les activités communes. Aussi, la difficulté d’être parent et l’attachement qu’on porte à son enfant génèrent de nouvelles attentes vis-à-vis de celui qu’on aime. On devient particulièrement sensible à la manière que l’autre a d’exercer son nouveau rôle de parent. C’est un apprentissage, par essais-erreurs, qui suscite bien des émotions. Le besoin d’être soutenu par son partenaire s’intensifie, aussi bien affectivement que dans la vie de tous les jours.

En marge de cela, en devenant père ou mère, on revisite sa position en tant qu’enfant et ses relations avec nos parents. Cela peut réactiver des conflits ou resserrer les liens avec la famille d’origine.

Socialement, la naissance d’un enfant est connotée très positivement. Mais on a tendance à oublier que c’est aussi un passage délicat pour les couples. La réorganisation que cela suppose au quotidien génère des tensions, des conflits et des remises en question qui sont en réalité tout à fait normales, mais qui souvent mal perçues par l’entourage! A cause de cette pression sociale du «Tu as tout pour être heureux!», les jeunes parents se sentent coupables de ne pas l’être et ont d’autant plus de peine à partager leurs difficultés et leurs émotions. Or, les études montrent que 60 à 80% des couples vivent une très forte insatisfaction dans les deux années qui suivent la naissance. Par ailleurs, les dépressions post-partum ne sont pas rares : elles touchent même une femme sur cinq et un homme sur dix. Il est bon de le rappeler: être tout le temps heureux dans le couple, ou même dans la relation avec ses enfants, n’existe pas. L’ambivalence des sentiments dans la vie est naturelle.

Pour accepter ce cap et se sentir serein dans son couple face à l’éducation de son enfant, il est important de mettre en place des principes éducatifs communs après l’arrivée d’un enfant et de reconnaitre l’importance de l’autre parent. Alterner les « jeux », rôle du père et rôle de la mère, l’enfant a autant besoin de permission que de discipline pour se construire. Mais attention ! il sait très vite que papa ou maman ne se comporte pas de la même manière face à lui et surtout, il perçoit facilement les mésententes des parents ou la grande permissivité de l’un par rapport à l’autre et sait comment « manipuler » ses parents ainsi qu’exploiter leurs différences. C’est pourquoi les parents doivent s’entendre sur des principes éducatifs communs afin d’éviter que l’enfant soit aux prises avec des façons de faire trop différentes ou même contradictoires.

Pour finir, accepter l’autre mais surtout entendre la parole de l’autre parent s’avère essentiel afin de rester un couple uni et heureux après l’arrivée d’un enfant.

Références :

C.P. Cowan, 1+1=3. Quand le couple devient famille. (1994) J’ai lu, Paris.

  1. Dallaire, C. Solano, Qui sont ces couples heureux ? Gérer les crises et les conflits de couple. (2016) Le livre de poche, Paris.
  2. Guéritault, La fatigue émotionnelle et physique des mères. Le burn-out maternel, (2004) Odile Jacob, Paris.