La légende d'Halloween
C’était le jour des morts et des esprits : le Dieu de la mort décidait, ce jour là, du destin dans l’au-delà des personnes décédées dans l’année et autorisait les morts à revenir parmi les vivants.

Il y avait 4 grandes fêtes celtiques :
IMBOLC (Fête du printemps en Février),
BELTANE (Fête de l’été en Mai, voir aussi la légende du Roi Arthur), 
LUGNASAD (Fête de l’Automne en août) et
SAMAIN (Fête de l’Hiver en novembre).

L’esprit des défunts de la tribu était accueilli autour de la table ou près du feu, mais des esprits malveillants pouvaient aussi se mêler à la fête...
Les celtes se maquillaient alors, et revêtaient des vêtements hideux pour les faire fuir.
L’arrivée du Christianisme a modifié cette tradition en France, car les papes (en autre, Grégoire IV), ne voulant plus de fêtes païennes, décident d’instaurer la Toussaint.
Les réjouissances disparaissent pour faire place au recueillement.
Les peuples celtes d’Irlande et d’Ecosse perpétuent la pratique de la nuit du SAMHAIN qui se déplace lors de la grande migration vers l’Amérique en 1846. Le «All Hallows’ day» pour la Toussaint, «All Hallows’ Even» pour la nuit sainte qui précède et devient Halloween et la légende de Jack O’Lantern :Lorsque Jack meurt, l’entrée du paradis lui est refusée, à cause de sa vie d’ivrogne, mais le diable refuse également de le laisser entrer en enfer.

Jack réussit néanmoins à convaincre le diable de lui donner un morceau de charbon ardent afin d’éclairer son chemin dans le noir. Il place le charbon dans un navet creusé en guise de lanterne et est condamné à errer sans but, jusqu’au jour du jugement dernier.

Il est alors nommé Jack of the Lantern (Jack à la lanterne, en anglais), ou Jack-o’-lantern. Il réapparaît chaque année, le jour de sa mort, à Halloween.
Le terme « Jack à la lanterne », apparu en 1750, désignait à l’origine un veilleur de nuit ou quelqu’un portant une lanterne.
La tradition irlandaise de creuser des navets lors de la nuit d’Halloween (en souvenir des âmes perdues comme celle de Jack) fut vite remplacée, lors de l’exode massif des Irlandais vers les Amériques en 1845-1850 (Grande famine en Irlande) par celle de creuser des citrouilles qu’ils trouvèrent sur place. Cette tradition, plutôt campagnarde, ne s’est répandue partout aux États-Unis que depuis le début du xxe siècle.

Dans tous les cas, il est important d’adapter votre discours en fonction de l’âge des enfants. Utilisez des termes concrets et des mots simples, qui auront du sens pour vos enfants.